Pourquoi mon chat me mordille

Partager

 

Avant d’être un chat, mon compagnon était un chaton. Et à ce titre, il mordillait… Un véritable petit tigre associant ses minuscules morsures avec ses coups de griffes. À l’âge adulte, c’est différent. Ça peut faire mal et on peut avoir du mal à interpréter…

 

 

 

 

 

Ce que vous pouvez d’emblée retenir, c’est que si vous le caressez et que votre chat subitement se met à mordre, c’est parce qu’il exprime une gêne. C’est ce que l’on nomme le syndrome caressé-mordeur. Comportement paraissant étrange, mais en fait plutôt logique, si l’on tient compte de l’état de l’animal à un instant T.

Notez que le ventre est généralement la zone la plus sensible, remettant en cause aux yeux du chat, sa sécurité.

  • Mauvaise caresse
  • Toucher dans un endroit désagréable
  • Changement spontané d’humeur

Sinon… Pourquoi le chat mordille ? Pour des raisons liées à sa nature prédatrice d’abord. Pour un mode de communication d’autre part.

 

 

 

Mordre, un comportement inné

⬆️

 

Chez le chat en milieu naturel, tout part à l’origine de la chasse. Quelque soit le contexte, c’est l’observation et le jeu qui vont déterminer l’apprentissage.

 

 

 

 

La morsure constitue une compétence essentielle du félin. Mais c’est en réalité au cours de son éducation que celle-ci va s’améliorer et se développer.

Plus tard, lorsqu’il aura atteint l’âge adulte, le chat va mettre à profit ses connaissances et son instinct dans tous les domaines de sa vie en mordant, voire en infligeant des blessures. L’expérience acquise l’amènera à mettre en oeuvre sa morphologie de prédateur dans différents domaines de sa vie

 

  • Chasse
  • Jeu
  • Exploration
  • Toilette

 

C’est donc à partir d’un champ très large qu’il est nécessaire de comprendre le mordillement du chat. Lorsque qu’il exerce ses talents sur nos mains, ça peut faire mal.

 

comprendre le mordillement du chat

 

Mais comment en fait interpréter le moment où le chat manifeste ce type de comportement ?

Pour l’anecdote, soyez informé qu’en pratique vétérinaire, les morsures du chat sont plus redoutées.

 

En clientèle de ville, les morsures de chats arrivent en première cause devant les morsures de chiens

Savoir animal – Savoir-animal.fr

 

Tout simplement parce qu’elles sont plus nombreuses. L’Association de Prévention Vétérinaire précise que même si elles sont moins graves que celles d’un chien, du fait qu’elles soient supérieures, elles peuvent être la source d’une infection telles que la pasteurellose ou la lymphoréticulose bénigne d’inoculation. Cette dernière étant associée aux griffures.

Dans tous les cas, que ce soit un mordillement ou une véritable morsure, je vous conseille évidemment d’être particulièrement réactif, surtout lorsque vous jouez.

 

 

Au-delà du jeu, pourquoi un chat mordille ?

⬆️

 

On a tendance à dire que les mordillements révèlent une volonté de jouer. 

 

 

 

 

En réalité, c’est plus complexe que cela.

Chez le chat, mordre traduit généralement le résultat d’un stimulis. La nature de cette réaction est variable. 

Elle peut faire suite à une frustration ou une excitation. Cela permet de positionner le félin en situation de prédation. La différence est dans la pression exercée.

Lorsque mon chat me mord la main, c’est toujours avec légèreté. Une fois il m’avait mordu jusqu’au sang, mais il s’agissait d’une erreur. Je lui donnais de la viande avec mes doigts. J’ai manqué de prudence… Et j’ai jonglé à un point mes enfants.

Je dois vous dire qu’en réfléchissant à l’écriture de cet article, j’ai consulté de nombreux sites traitant le sujet. Car comme vous, j’essaye de déchiffrer son comportement au quotidien.

Bien entendu, j’arrive à m’habituer à certaines de ses réactions, de ses miaulements, parfois de ses prises de positions soudaines. Les articles évoquant le sujet reviennent toujours en abordant les mêmes points :

  • Observer les oreilles, la queue, l’attitude générale
  • Arrêter de caresser le chat pour éviter les morsures
  • Faire appel à un comportementaliste en cas de problème récurrent…

Tout cela relève du bon sens effectivement. Il n’y a rien à en redire.

Mais au-delà de ces généralités, je vais vous avouer deux trois choses qui devraient vous aider à trouver la voie. D’une, il est difficile d’apporter des explications clairvoyantes.

Chaque chat constitue un individu à part entière. L’origine, la race, l’histoire ont façonné la personnalité du vôtre.

Il n’existe pas de kit complet de réponse à un problème spécifique. Et d’abord, est-ce-que le mordillement désigne véritablement un problème dans votre cas ?

Il peut s’agir juste de comprendre et d’approfondir le sujet.

Vous devez distinguer deux cas de figures. 

Mordre chez le chat fait partie de son arsenal d’agression.

 

 

Mordiller représente une agression

⬆️

 

L’agression relève soit d’une situation normale, soit au contraire d’un contexte pathologique.

 

 

 

 

Si vous pensez être dans la seconde, il va falloir gérer le soucis avec des vétérinaires, qui pourront vous orienter logiquement vers des comportementalistes. Ceci, afin de rééquilibrer la vie sociale de votre félin.

La question : votre chat manifeste-t-il un état anormal ?

Voici quelques éléments de réponse.

Un chat anxieux montre des pupilles dilatées, avec les oreilles collées horizontalement sur le crâne. Et là, s’il mord, ça peut vraiment faire mal, car il pourrait difficilement lâcher prise.

Cela concerne les individus mal socialisés avec une anxiété qui va s’amplifier. Attention, cependant. Une réaction exacerbée n’est pas forcément le signe d’un mal-être.

Lorsqu’un chat est acculé, qu’il se sent en danger et qu’il ne trouve aucun échappatoire, la morsure doit être considérée comme une réaction logique. Ça doit même vous rassurer… votre chat possède une attitude légitime !

Dans un contexte normal en revanche, le chat étant un prédateur et animal carnivore, il possède d’instinct un comportement associé à l’affût et à l’attaque. À ce titre, aucune surprise ne devrait se manifester à voir votre animal réagir à une stimulation.

Il va alors se saisir de sa proie ou d’un leurre, si vous l’avez appâté, puis le mordre. S’il s’agit d’une main, il va la mordiller car on se positionnera dans un contexte ludique.

Le chat connaît le jeu et par conséquent produira moins de pression. Mais même dans ce cas, ça peut faire mal, sans pour autant causer de lésions.

Bah oui… C’est un chat… vous vous attendiez à quoi ?

Avec le mien, ça m’est arrivé quelques fois. Je comprends le message quelque soit les raisons l’ayant amené à me mordre. D’abord, je cesse de bouger et j’attends qu’il lâche. Dans un temps raisonnable, bien entendu. Puis, doucement, je retire ma main. Tout simplement.

Ce comportement est naturel. N’ayez donc aucune inquiétude à ce sujet.

Pour résumer, on peut décrire les différents mordillements en les classant dans plusieurs catégories d’agression. Précisons que cette dernière peut s’envisager selon deux versants

 

L’agression possède une valeur positive ou négative.

 

 

 

 

Le jeu

S’amuser permet de vivre des moments de complicité où vous allez engager une stimulation quelconque. Voilà un mordillement positif. Sauf si celui-ci s’avère profond et incontrôlable.

Cela signifie qu’étant chaton, votre compagnon n’a pas appris à gérer ses rapports relationnels auprès de sa mère.

 

chaton mordillant l'oreille de sa mere

 

Normalement, celle-ci modère ses actes d’agression. Tempère ses gestes, le punit si besoin (elle, a le droit 😉).

 

L’agression redirigée.

Imaginez que vous soyez énervé à un niveau pas possible. Vous allez taper du poing sur la table. La pôv… Elle a rien fait vot’ table… Le chat, c’est en quelque sorte pareil.

C’est un comportement que l’on pourra voir chez le vétérinaire. Si vous tenez votre chat fermement lors d’une auscultation, celui-ci en cas de douleur va vous mordiller la main. Il redirige concrètement sa violence envers vous…  

 

L’hyper agression.

Cela concerne les cas particuliers issus d’un état d’hyperactivité et d’hyperréactivité. Cas pathologiques que l’on doit traiter absolument avec un comportementaliste.

 

Ajoutons (oui oui ajoutons 🙂) que l’on pourrait présenter davantage de formes d’agression. Mais l’intérêt ici consistait à parler des situations les plus essentielles.

Si vous souhaitez approfondir la thématique de l’agression et de la morsure, je vous recommande la lecture du doctorat vétérinaire de Caroline Faure. Elle aborde le sujet dans le cadre du comportement félin et la relation Homme-chat.

C’est d’ailleurs grâce à cette source d’information que j’ai pu documenter l’article et recueillir de précieux renseignements. Je la remercie d’avoir mis sa thèse à la disposition du public.

Et vous, à quels moments votre chat s’emploie à vous mordiller les mains ?

 

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.